M. Chapoutier
M. Chapoutier

Domaine de Bila-Haut - r.i.

Domaine de Bila-Haut - r.i. - Côtes-du-Roussillon Villages

Domaine de Bila-Haut
Une histoire dense, forte, parfois violente. Des reliefs de terrasses aux sols caillouteux, à la géologie riche. Un climat que l’homme a fait sien pour ses cultures. Le Roussillon ne pouvait que séduire Michel Chapoutier. C’est à Latour de France qu’il choisit d’installer son domaine. Des schistes noirs et bruns pour la touche solaire du vin. Du gneiss pour la minéralité et la fraîcheur. Une alliance argilo-calcaire pour la puissance et l’équilibre. Sur les terres du Domaine de BILA-HAUT, trois cépages grandissent. La Syrah, aux arômes sauvages de garrigue et d’épices. Le Grenache, si surprenant. Et le Carignan, pour des vins minéraux, aux tanins croquants. “Les Vignes de BILA-HAUT” et le “Domaine de BILA-HAUT Occultum Lapidem” sont les premières expressions de ce terroir. Mais Michel Chapoutier a voulu entendre davantage ce lieu. En saisir la quintessence. Il aura fallu 6 ans de recul, d’observations, d’analyses, pour donner vie à un vin précieux, rare. “v.i.t.” : visitare interiore terrae. Précieux par son assemblage. De vieux Grenaches de 70 ans, issus d’un magnifique îlot au milieu de la garrigue. Fougue, richesse et complexité. Des Syrahs provenant de vignes sur argilo-calcaire, lentement mûries. Puissance et soyeux des tanins. Enfin, des Syrahs issues du plus beau terroir de schiste de la Maison. Élégance de l’arôme, finesse en bouche. Rare aussi, parce que fait d’audace. À l’image de ceux qui ont donné à cette terre son identité. L’histoire se poursuit en 2008, près du village de Lesquerde. Hautes falaises calcaires, sols arides traversés par la tramontane… L’intérêt pour cette région grandit encore. Un nouveau vin voit le jour : “L’esquerda”. Issu majoritairement de superbes Syrahs et Grenaches des plus beaux terroirs d’arènes granitiques en plateaux et coteaux, à 350 m d’altitude. “L’esquerda”, “la faille dans la roche” en catalan. Un caractère, l’identité d’une région. Une nouvelle découverte M. Chapoutier.

Agly Brothers
Milieu des années 90. Une rencontre. Un dialogue. Et la certitude que de grandes choses sont possibles. L’aventure australienne de la Maison M. Chapoutier commence. Michel Chapoutier évoque sa passion, son métier, à son homologue australien, Ron Laughton. Rapidement, un mot s’impose : le terroir. Une notion presque révolutionnaire en Australie. Ne plus cultiver, mais accompagner. Respecter les règles de la biodynamie, et laisser parler le sol. Le pari est pris. Quelques années plus tard, le vignoble de Heathcole (Victoria) révèle la Pléïade. Premier cru signé Michel & Corinne Chapoutier et Ron & Elva Laughton. L’aventure ne pouvait s’arrêter là. Vallée de l’Agly, Roussillon. Une terre ancienne, sur les hauteurs. Rude. Presque hostile. Michel Chapoutier décide qu’un vin naîtra ici. Un projet auquel il souhaite associer Ron Laughton. Par amitié, par réciprocité. Les deux « frères » assemblent Carignan, Grenache et Syrah. En 2004, le premier cru Agly Brothers scelle définitivement le lien etnre les deux Maisons. Dans chacun des deux hémisphères.

La vinification

La vendange est égrappée totalement puis vinifiée en petite cuve béton. L’extraction se veut douce : légers remontages ou pigeages pendant la fermentation active avec une macération totale de 4 à 5 semaines.

L'élevage

L’élevage dure environ 18 mois : la première année en demi-muids de 2 vins puis les 6 derniers mois en cuve béton afin de finir de polir les tannins tout en préservant la fraîcheur et l’harmonie avant la mise en bouteille.

Le cépage

100 % Syrah ; parmi les premières plantées du département et surtout les rares travaillées en taille gobelet avec un échalas individuel

Le sol

La parcelle se situe sur la commune de Lesquerde, secteur le plus tardif du département, en légère pente, exposée nord ; sol granitique, ferreux, à dominante caillouteuse sur le haut, très peu fertile. Les caractéristiques de ce terroir ne sont pas sans rappeler certaines appellations du nord de la vallée du Rhône.

Les vendanges

Cueillette à la main à juste maturité, début octobre. Le rendement est faible, en dessous de 20 hl/ha.

Dégustation

Robe : Profonde et soutenue, reflets violacés.
Nez : Complexe et intense ; graphite, notes d’encre, de framboise, de fleur de ciste.
Bouche : Attaque délicate, se densifiant progressivement, sans agressivité, jolis tannins serrés. Finale ferme, longue persistance. Superbe retour olfactif sur la violette, le poivre blanc. Le vin, par le mariage de la puissance et de la délicatesse, délivre une juste expression de son grand terroir granitique.

Dernières cotations